Urgences adultes et enfants

En cas d’urgence, appelez le 15 (SAMU) ou le 112 (numéro d'appel d'urgence européen).

Nos services d’urgence seront sollicités par le SAMU.

Urgences gynécologiques

Sur le point d’accoucher ? Des douleurs inhabituelles ou de la fièvre (+38°C) ?

Présentez-vous aux urgences gynécologiques de notre Maternité.

Si vous ne pouvez pas vous déplacer, appelez le 15 (SAMU) ou le 112

Urgences précarité

Si vous rencontrez ou si vous êtes une personne en grande précarité, nous vous invitons à composer le 115 (gratuit, joignable 7j/7 et 24h/24).

Nos services de prise en charge des démunis seront sollicités par le SAMU social.

La chirurgie de l’obésité du CHV mise à l’honneur dans L’Express

6391 vues

En feuilletant le magazine L’Express, les fidèles lecteurs ont pu découvrir un dossier complet et documenté sur l’obésité en France. Au cœur de ce dossier, une sélection des meilleurs hôpitaux et cliniques dans lesquels réaliser une chirurgie bariatrique. Au sein de cette sélection, notre établissement et son Centre spécialisé obésité (CSO) figurent en bonne place. Explication de cette reconnaissance avec le Dr. Guélaréh DEZFOULIAN, chirurgien bariatrique.

 

Le Centre spécialisé obésité du CHV fait partie des cinq établissements cités par l’Express pour la région Hauts-de-France. Comment expliquer cette reconnaissance ?

Dr. Guélaréh DEZFOULIAN : Les critères de sélection du magazine sont assez clairs. Il faut que l’établissement sélectionné soit labellisé par l’Etat ou par la Société française de chirurgie de l’obésité et des maladies métaboliques. Ces labels garantissent le respect des différentes normes, notamment pour l’accompagnement du patient. Ensuite, le magazine a retenu les structures qui proposent les trois actes recommandés, à savoir le sleeve, le by-pass et l’anneau gastrique. Enfin, un critère de volume d’interventions est spécifié, partant du principe qu’atteindre un volume minimum de 50 opérations par an est gage d’un bon niveau de qualité de l’acte opératoire.

Le CHV répond à ces différents critères. D’autant plus actuellement, puisque le volume d’activité repris dans l’article est celui de 2015 (99 actes opératoires). En 2017, notre activité n’a cessé d’augmenter pour atteindre 150 interventions.

 

Votre service est annoncé comme ayant la durée moyenne de séjour la plus courte des Hauts-de-France et la deuxième plus courte de France. Qu’est-ce que cela signifie ?

GD : Au CHV, cette durée de séjour est estimée à 2,3 jours entre l’intervention chirurgicale et le retour au domicile, ce qui est une véritable avancée pour le bien-être du patient, qui préférera toujours être chez lui plutôt qu’à l’hôpital, et ce qui permet de limiter le risque nosocomial. S’ils répondent à des critères de sortie et de suivi à domicile stricts, les patients rentrent donc chez eux plus tôt, en bonne santé et sans complications grâce à un parcours de prise en charge optimisé pour prévenir tout risque avant, pendant et après l’intervention. La préparation pluridisciplinaire avant chirurgie dure de six à douze mois, ce qui peut paraître long pour le patient mais qui garantit d’avoir levé tous les doutes avant l’opération. Nos équipes chirurgicales, paramédicales et anesthésiques sont spécialement formées pour la prise en charge bariatrique et nous disposons de matériel adapté aux personnes en surpoids. Enfin, nous sommes labellisés pour notre programme de réhabilitation précoce qui permet au patient de récupérer bien plus vite et de réduire les complications post-opératoires. Cette spécificité nous permet même la prise en charge, sous certains critères, des sleeves et des anneaux gastriques en ambulatoire.

 

Pouvez-vous nous indiquer les axes de développement de votre service ?

GD : Notre principal axe de travail pour le futur tourne autour de la chirurgie robotique. Avec l’acquisition d’un robot chirurgical dernière génération, la chirurgie bariatrique va pouvoir être encore plus précise et moins invasive. Nous tendons vers une diminution de la durée de séjour pour les by-pass (actuellement de trois jours) à une journée d’hospitalisation, voire la réalisation de cet acte en ambulatoire. Nous étudions également de nouvelles techniques récentes de chirurgie bariatrique et souhaitons participer à plus de projets de recherche dans notre domaine. Enfin, nous travaillons à améliorer le suivi des patients au long cours, car bien souvent, après deux ou trois ans de suivi, nous les perdons de vue alors qu’il serait nécessaire de les suivre tout au long de leur vie.

 

Retrouvez en ligne l’article de l’Express en cliquant ici.