Urgences

Urgences adultes et enfants

En cas d’urgence, appelez le 15 (SAMU) ou le 112 (numéro d’appel d’urgence européen).

Nos services d’urgence seront sollicités par le SAMU.


Urgences gynécologiques

Sur le point d’accoucher ? Des douleurs inhabituelles ou de la fièvre (+38°C) ?

Présentez-vous aux urgences gynécologiques de notre Maternité.

Si vous ne pouvez pas vous déplacer, appelez le 15 (SAMU) ou le 112.


Urgences Précarité

Si vous rencontrez ou si vous êtes une personne en grande précarité, nous vous invitons à composer le 115 (gratuit, joignable 7j/7 et 24h/24).

Nos services de prise en charge des démunis seront sollicités par le SAMU social.


Une prothèse de hanche totale en ambulatoire !

Publication
Publié le 12 janv. 2016
Thématique
Chirurgie ambulatoire Traumatologie B
Nombre de vues
2

A l’Hôpital le matin, chez soi le soir : savez-vous que cette même démarche est désormais possible dans le cadre d’une intervention de pose de prothèse totale de hanche ?

Explications avec le Dr. Charles BERTON, chef du service Traumatologie B du Centre Hospitalier de Valenciennes.

Le 1er septembre dernier, pour la première fois dans la région valenciennoise, un patient a été opéré en ambulatoire d’une prothèse totale de hanche.

« Le patient est entré dans le service le matin, a été opéré d’une prothèse totale de hanche et a pu rentrer le soir même chez lui, capable de marcher sans aide et sans douleurs».

Le contexte est posé en ces termes simples par le Docteur BERTON, Chirurgien Orthopédiste : une intervention nécessitant entre trois et sept jours d’hospitalisation en temps normal est désormais réalisable en ambulatoire ! Le CHV est ainsi l’un des tout premiers hôpitaux publics à proposer cette avancée.

Mais comment cela a-t-il été possible ?

« Avec le Dr. Alexandre BLAIRON, nous avons développé dans le service ce que l’on appelle la Récupération Rapide Après Chirurgie (RRAC), répond le Dr. BERTON. Couplée à des techniques chirurgicales mini-invasives et à une nouvelle approche de la prise en charge de la douleur, cette approche de la réhabilitation du patient permet d’obtenir des résultats plus que probants ».
Dans le détail, le patient a bénéficié d’une intervention mini-invasive par voie antérieure. Cette technique permet la pose d’une prothèse de hanche sans qu’aucun muscle ne soit coupé ; il y a donc peu de douleurs post-opératoires et la récupération est facilitée. Il faut dès lors une collaboration étroite avec l’Anesthésiste, qui adapte ses techniques pour obtenir un relâchement musculaire complet et pour limiter les saignements.

La prise en charge de la douleur, ensuite, est complètement repensée.

Plutôt que de donner des antalgiques par voie générale – telle la morphine, avec les effets indésirables qui en découlent – les antalgiques sont infiltrés directement sur le site opératoire.

Des techniques de cryothérapie [traitement par le froid, NDLR], tout aussi efficaces qu’un médicament mais sans aucun effet iatrogène, sont également utilisées.

Enfin, la méthode RRAC se double d’une vraie philosophie de soins. Le patient est désormais acteur de sa prise en charge, comme le souligne le Dr. BERTON : « L’approche est centrée sur le patient qui est de suite mobilisé après l’intervention avec l’aide des professionnels. Le patient se réapproprie son corps dès son retour en chambre et réapprend à l’utiliser »

 

Le gain pour le patient est réel.

La combinaison de tous ces aspects permet au patient d’aller bien, plus vite et de profiter d’un retour à domicile rapide, encadré par des professionnels de santé libéraux (infirmier, kiné, médecin traitant…). Des précautions particulières sont donc prises et nécessitent des échanges quotidiens entre les professionnels de santé de l’hôpital et de la ville. De plus, les patients ont la possibilité si besoin de joindre l’hôpital 24h/24 via un numéro dédié.
Bien entendu, cette prise en charge ne s’applique pas à tous les patients. Le type et la durée d’hospitalisation restent donc décidés et adaptés au cas par cas. Les indications de cette nouvelle durée d’hospitalisation doivent rester bien précises, elles nécessitent d’être adaptées à l’état de santé du patient et se discutent avec le médecin traitant qui est un acteur important du retour à domicile. En tout état de cause, elle ne peut être proposée qu’avec l’accord du futur opéré.
Parmi les premiers hôpitaux publics de France à proposer cette approche de soins pour une prothèse totale de hanche, le CHV ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.

Les Drs BERTON et BLAIRON proposent déjà ce type de prise en charge pour les ligamentoplasties de genou et la chirurgie du pied et envisagent d’étendre la démarche à l’ensemble des interventions pratiquées dans le service.

Bulle chat